contacteer ons: 03/203.44.00 of administratie@vsbb.be

QF&R

Questions et résponses

Réponses aux questions posées via le formulaire de question de ce site.

La FEMEB tient à être très ouverte et à promouvoir la transparence.
Lorsque vous posez une question sur ce site web, cette question est d’abord soumise à la réunion du Comité technique de la FEMEB.

En attendant la discussion de cette réunion, le statut « en cours de traitement » s’affiche.

Si l’on se met d’accord pendant la réunion, la réponse est publiée sur cette page.

Si l’on n’a pas encore atteint de consensus pendant la réunion, le statut « à l’étude » s’affichera.

 

Le Code de bonnes pratiques concernant le montage d’échafaudage est un document dynamique. Les questions posées à la FEMEB peuvent se retrouver dans les nouvelles versions du document CBPME.

 

Table des matières

Table des matières

1.     1 1. Peut-on grimper sur les montants pour passer d’un niveau à l’autre ?

2.     2 2. Signification des différents titres (contrôleur, inspecteur, personne compétente, …)

3.     3 3. Qui peut signer les fiches d’échafaudages et quelles informations doivent y figurer?

4.     4 4. Un garde-corps de toiture est-il un échafaudage selon le CBPME ?

5.     5 5.  Les garde-corps de toiture ou les garde-corps surélevés sont-ils prévus par défaut ou faut-il les demander ?

6.     6 6. Quelles sont les règles de mise à la terre d’un échafaudage?


1. 
Peut-on grimper sur les montants pour passer d’un niveau à l’autre ?

Les monteurs d’échafaudage utilisent généralement les montants pour passer d’un niveau à l’autre. Ne doivent-ils pas utiliser des échelles ?

·   L’article 434.6.3 du RGPT stipule ceci : “Il est interdit de passer d’un niveau à l’autre d’un échafaudage terminé en grimpant ou en glissant sur les éléments de son ossature.”

Cet article s’adresse aux utilisateurs d’échafaudages terminés. Puisque les monteurs d’échafaudage montent des échafaudages, on ne peut pas parler d’un échafaudage terminé ; l’article du RGPT susmentionné ne s’applique donc pas aux monteurs d’échafaudage.

·    Selon le SPF ETCS, les monteurs d’échafaudage doivent veiller, pendant le montage, à ce qu’aucun tiers ne puisse accéder à l’échafaudage. Placer un panneau      d’interdiction n’est pas suffisant ! L’accès à l’échafaudage doit être bloqué physiquement. On peut utiliser un auxiliaire pour rendre l’échelle inaccessible ou          monter seulement l’échelle inférieure quand tout l’échafaudage est terminé et prêt à être mis en service.   En respectant cette règle, le monteur d’échafaudage      n’a pas d’autre choix que d’accéder à certaines parties de l’échafaudage via les montants.

·   Comme un monteur d’échafaudage est équipé d’un harnais de sécurité avec 2 longes d’accrochage, il doit toujours se protéger à 100% contre les
chutes. Quand il grimpe à un montant, il doit donc utiliser ses deux lignes d’ancrage pour une protection optimale contre les chutes.

·    A part l’échelle inférieure, les échelles sont installées dès qu’il est possible de le faire à la bonne inclinaison, pour ne pas devoir les repositionner au fur et à
mesure que l’échafaudage prend de la hauteur.


2. 
Signification des différents titres (contrôleur, inspecteur, personne compétente, …)

Contrôleur d’échafaudages, examinateur sécurité d’échafaudages I, II et III, personne compétente, inspecteur d’échafaudages…….
Que signifient au juste tous ces titres ?
Qui peut signer les fiches d’échafaudages et quelles informations doivent y figurer?

·    Tous ces titres ont trait à l’évaluation d’échafaudages, mais à des niveaux de compétence différents ;

·    Les titres cités plus haut sont utilisés dans les deux pays, à savoir aux Pays-Bas et en Belgique ;

·    Comme nous sommes des entreprises de montage d’échafaudages belges, nous expliquerons uniquement la situation belge ;

·    Les personnes suivantes doivent pouvoir prouver qu’elles ont suivi une formation spécifique à leur titre :

*) L’utilisateur d’un échafaudage;

*) La personne compétente désignée par l’entreprise de l’utilisateur d’échafaudage;

*) La personne compétente désignée par l’entreprise qui monte l’échafaudage ;

·    Les connaissances et aptitudes que ces personnes doivent avoir sont décrites dans l’AR du 31/08/2005

·    Un contrôleur d’échafaudages et/ou un inspecteur d’échafaudages doivent aussi pouvoir attester d’une formation _ un contrôleur d’échafaudages peut
seulement autoriser la mise en service d’échafaudages ne nécessitant pas de note de calcul, un inspecteur d’échafaudages peut autoriser la mise en service de
tous les échafaudages;

·    En Belgique, toutes ces formations peuvent être dispensées en interne, mais l’entreprise doit pouvoir prouver que ces formations sont organisées. Les
formations peuvent également être suivies à l’extérieur, auprès d’organismes comme le CNAC / FFC.

·    Notons que certaines sociétés proposent une formation “inspecteur d’échafaudages ” d’une journée. Une telle formation ne vaut rien à nos yeux. La formation
pour devenir inspecteur d’échafaudages ne peut être dispensée en une journée, même à une personne familiarisée avec les échafaudages.

3. Qui peut signer les fiches d’échafaudages et quelles informations doivent y figurer?

·   Seul un contrôleur d’échafaudages et/ou un inspecteur d’échafaudages est habilité à signer un label ? d’homologation pour autoriser la mise en service
d’unéchafaudage. Une fois l’autorisation de mise en service donnée, le contrôle doit être effectué par la personne compétente de chaque entreprise dont les
collaborateurs vont travailler sur l’échafaudage.

·   Une étiquette de certification comprendra un maximum d’informations sur ce que l’on peut et ce que l’on doit faire pour utiliser l’échafaudage de façon sûre,
mais elle doit au minimum indiquer la date de l’autorisation de mise en service et la charge admissible maximale.

4. Un garde-corps de toiture est-il un échafaudage selon le CBPME ?

La norme européenne EN 13374 décrit les exigences auxquelles doit satisfaire un garde-corps placé sur une rive de toiture. Elle distingue 3 types de garde-corps de toiture (classe A, B ou C) suivant l’inclinaison du toit et la hauteur de chute. Nous ne voyons toutefois pas de renvoi à cette norme dans le CBPME.

·   Comme un garde-corps de toiture est une protection antichute collective et pas un équipement de travail, il ne doit pas satisfaire à l’AR du 31 août 2005 relatif
à l’utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur. Puisque cet AR est à la base de notre CBPME, ce point n’est pas traité non
plus.Nous soulignons toutefois que les garde-corps surélevés réalisés avec du matériel d’échafaudage répondent uniquement aux exigences pour les garde-
corps tels que mentionnés dans la norme EN 12811-1. Ils n’offrent pas une résistance supplémentaire et peuvent donc donner un faux sentiment de sécurité !

·   Pour plus d’infos sur les garde-corps de toiture spécifiques, nous vous conseillons de vous adresser au CNAC.


5.  
Les garde-corps de toiture ou les garde-corps surélevés sont-ils prévus par défaut ou faut-il les demander ?

Un client qui souhaite des garde-corps surélevés pour travailler sur une toiture doit-il le demander au monteur d’échafaudages ou est-ce prévu systématiquement?

·     Ceci a une incidence sur le prix de l’échafaudage et doit donc faire l’objet d’une demande explicite.


6. 
Quelles sont les règles de mise à la terre d’un échafaudage?

Nous avons cherché dans votre CBPME des informations sur la mise à la terre des échafaudages. Dans notre société, nous nous posons cette question : faut-il mettre à la terre ? Oui ? Non ? parfois ? Existe-t-il des règles en la matière, par ex. dans la loi sur les conditions de travail ?

Quelles sont vos recommandations concernant la mise à la terre d’un échafaudage à proximité de lignes haute tension (aériennes et souterraines) et de voies de tram et de chemin de fer en activité ?
Une directive néerlandaise (NPR5310?) parle de mise à la terre dans un rayon de 100m des lignes haute tension et de 50m des voies ferrées.

·    L’analyse des risques du client doit déterminer si l’échafaudage doit ou non être mis à la terre pendant le montage et/ou le démontage. Le RGIE et les
publications du CNAC peuvent apporter des réponses.

·    Une entreprise de montage d’échafaudages mettra un échafaudage à la terre uniquement s’il en a reçu l’ordre du client.